Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:01

Une odyssée

 

Auteur : Julien BOUISSOUX
Genre : Roman
Date : 2006
Éditions : Éditions de l'Olivier
Nombre de pages : 203
ISBN : 978-287-9295350


Quatrième de couverture :

Considérant le chaos qu'est devenue sa vie quotidienne depuis qu'un renne égaré en plein centre-ville y a fait irruption, un homme comprend qu'il est temps pour lui de partir, de rendre les clés à son propriétaire et de s'abandonner à la route qui doit les conduire jusqu'à la mer.
Ce conte philosophique en forme d'épopée burlesque raconte l'errance d'un homme dans un monde trop rationnel. Comme Juste avant la frontière, ce roman est le livre d'un rôdeur élégant, oscillant entre marche à pied et désertion.


Mes impressions :


Le roman commence par l'étrange rencontre entre un homme et un Renne , ce dernier étant perdu au beau milieu de la ville.
Le métier de cet homme est de trouver des slogans « accrocheurs » dans une boite pour laquelle la productivité témoigne de l'efficacité; et le week-end, il le passe à dormir; il l écrit aussi des romans...jusqu'au jour où un vendredi midi il fait la rencontre insolite et fortuite d'un Renne dans la rue alors qu'il allait changer l'écran de son ordinateur tombé en panne..
Il l'invite au restaurant et lui explique les lois de la circulation automobile en ville pour le protéger des réseaux routiers et donc protéger sa vie.
Seulement le soir, en rentrant chez lui, il voit le Renne, devant sa porte qui l'attend....et il le fait donc rentrer chez lui et c'est là que tout va changer pour lui.
Il s'aperçoit qu'un Renne, ça mange beaucoup et de tout, ça va du gazon aux rideaux et à la moquette...au grand dam du propriétaire qui loue l'appartement.
Le lundi donc, l'homme se rend compte soudainement, que la vie n'est pas d'être assis derrière un bureau à écrire des slogans, mais que l'essentiel de l'existence se trouve ailleurs; alors il décide de tout quitter et de partir à l'aventure...sans aucune destination de fixée, si ce n'est vers la mer... mais avant de partir, il laisse écrit sur le mur blanc de sa maison «  Je ne suis pas convaincu que tout cela mène quelque part . C'est même presque certain qu'au bout du chemin, il n'y a rien. C'est peut-être pour cette raison qu'on part, d'ailleurs, pour tirer sur la ficelle au lieu d'attendre sur place. Je crois que la nuit a beaucoup avoir avec cette attitude. Et l'espoir aussi. L'espoir que quelque chose, quelque part est différent, et l'espoir de cette différence vaut vraiment la peine de venir la chercher. Seulement, à la longue, l'espoir est fatigant. Il faut de la persévérance. Oui, ça, pour espérer, il en faut . »
L'épopée commence; elle est un voyage initiative.
L'homme et le Renne rencontrent tour à tour des personnages qui leur apportent leur vision des choses, qui les font s'interroger sur la vie, son but, son sens, le chemin que chacun emprunte.
Tout au long de leur parcours ensemble l'homme s'adresse au Renne comme s'il s'agissait d'un être humain, il lui fait la conversation; comme s'il pouvait comprendre, saisir le sens de ses paroles, des émotions, des sentiments, mais c'est en fait aux lecteurs qu'il s'adresse...

A la fin du premier chapitre le Renne « disparaît » alors il continue son voyage seul. Son éditeur, lui dit de poursuivre sa route pendant que lui va tenter d'arranger la situation avec la police et avec toutes les personnes, surtout les hôteliers victimes du Renne et de son grand appétit et pour lesquels les chambres ont été dévastées...L'éditeur lui donne de quoi écrire, pour qu'il note ses impressions...L'homme consignera ainsi sur son cahier de bord ses pensées, ses réflexions, il nous fait part de la description des paysages qu'il rencontre dans toute leur beauté; et il le fait avec poésie et sérieux.

Dans le second chapitre, il prend le bateau qui le mènera en Amérique; il racontera et posera des mots sur ses rencontres pendant le traversée sur un bateau et notamment avec une petite fille avec laquelle il partage beaucoup de choses...Lorsque le bateau accostera, il restera à l'intérieur et continuera son voyage d'illusions seul à bord...mais il se résoudra à sortir pour poster ses écrits via son éditeur...

Puis dans le troisième chapitre, il continue sa route vers le nord et espère retrouver son ami le Renne; et il commence à retranscrire toutes ses sensations sur le cahier numéro 2.

Au travers de ses péripéties, il nous livre ses pensées sur la vie; Il nous apprend que ne pas aller au bout de ses envies est parfois préjudiciable à nôtre bien être; que tout ce qui fait la qualité c'est le constance; qu'il est préférable de se mettre à la place des autres, plutôt que de les critiquer; mais aussi de se contenter des petits bonheurs quotidiens, de ce que la nature nous offre; Devons-nous nous conformer à ce que les autres font ou nous demandent de faire; à vivre au rythme de tout le monde, dans la précipitation; ou dans l'urgence; n'est-il pas préférable de prendre le vie comme elle vient; de goûter ce qui nous arrive, ce qui revient à goûter la vie; Devons nous rester coincée dans nos habitudes, la routine du quotidien ?...

Métaphores et paraboles philosophiques, simplicité de l'écriture, font de ce roman touchant et un brin puéril, un conte pour adulte, pittoresque. Il rend agréable la quête que nous avons tous au fond de nous.
Le style est clair, subjectif même , et l'auteur toujours avec humour nous fait progresser là où il souhaite nous amener.

Un très bon roman !
Celui-ci est le second que je lis de cet auteur et j'adhère totalement à sa « prose » très particulière.
Sur cette page vous trouverez d'autres romans de cet auteur.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires