Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 08:07

 

Auteur : Philippe LABRO
Genre : Roman / Témoignage autobiographique
Éditions : Folio
Nombre de pages : 244
ISBN : 2-07-030512-0


Quatrième de couverture :


« C'est arrivé subrepticement, sournoisement, sans prévenir, une vraie saloperie, une lente et insidieuse pénétration. Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance... »
«Quelque chose a changé». Ce « quelque chose » n'est autre que le début de la plongée dans une dépression nerveuse dont le célèbre romancier a été victime.
Dans un récit vécu, sans fard ni concession, l'auteur de La traversée raconte ce que signifie perdre le désir, l'énergie, la passion, l'estime de soi. Avec un style intime, conduit par le souci authentique de restituer « cette tristesse sans larmes », et « dire comment c'était », selon la formule de ses maîtres en écriture, Hemingway et Hugo, Philippe Labro évoque les effets de « la broyeuse » qui vous ronge le ventre.
Mais ce témoignage unique, porté par le souffle de l'écriture, constitue aussi une éclatante affirmation de la force de la vie et de l'amour.


Mes impressions :

Ce livre parle de dépression mentale, lente agonie des jours et des nuits de l’auteur lui-même.

Dans la première partie, Philippe Labro se raconte à la troisième personne du singulier, comme s’il vit la dépression de l’extérieur ; elle ne lui appartient pas.
Il ne se reconnait plus, plus personne ne le reconnait et il a beaucoup de peine à admettre qu’il va mal : honte ? Peur du regard d’autrui, du qu’en dira-ton ? Où alors son attitude du dénie lui permet de faire face à un sentiment de perte, la sienne, qu’il ne maitrise pas ?

Il nous raconte sa vie au quotidien, le vide qui l’entoure, ses tentatives ratées pour aller mieux, puis au fil des pages, il nous relate brièvement la cause professionnelle de son mal, et de l’idée fugitive du suicide… puis il fait le chemin de sa vie à reculons, il nous parle de sa mère, de son père il fait le récit de ses 7 chutes effectives et affectives ; il se relève à chaque fois non sans douleur mais différent.
Il écrit aussi sur ses relations, ses collègues du métier des médias, sur ses amis ou pseudos amis et par la même relativise les « faux amis » ;  il témoigne de l’amour de sa femme, de ses enfants et des gens qui l’aiment vraiment qui sauront le soutenir et l’aider à remonter la pente.

A la fin, une fois sortie de cette abîme, il nous donne des conseils avisés et bien sentis, pistes irréfutables ; il va à l’essentiel pour aider ceux et celles qui sont dans l’engrenage de cette maladie.

Un très beau roman autobiographique ; nous en ressortons, conquit sur l’utilité et sur la façon d’aborder ce thème ; qui connait mieux la dépression que celui qui l’a vécue ?

 Il écrit sans pudeur mais avec sobriété et subtilité, les mots sont percutants, il se livre, il se confie avec complaisance, et narcissisme ; cela rend l’œuvre généreuse pour les autres et réparatrice pour l’auteur lui-même.

J’ai trouvé ce livre fabuleux, fort, poignant ; il a un double avantage, celui de faire connaître à ceux et celles qui n’ont jamais vécu une dépression, qui n’ont jamais été confrontés à elle, ce qu’elle est et la douleur de vivre qu’elle peut engendrer ; le second avantage, est qu’il fait espérer, ceux et celles qui souffrent ou ont souffert de ce vide en soi, de ce manque d’énergie, car l’auteur dit qu’on peut s’en sortir. Il nous transmet un message, celui de l’espérance. Personne n’est à l’abri de la dépression,  mais nous pouvons nous en sortir grâce à l’amour des proches, la volonté et la médecine.
D’ailleurs le titre est éloquent ; il évoque la sortie du tunnel et la lumière; la résurrection, la remontée d’entre les « morts », vers la vie et vers les autres.
Un témoignage à lire pour s’informer et pour espérer.


Partager cet article

Repost 0

commentaires