Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 17:08

Sans elle

 

Auteur : Alma BRAMI
Genre : Roman
Éditions : Folio

Date : 2011
Nombre de pages : 164

ISBN : 978-2070402571

 

Résumé site Evène :

 

Léa a dix ans. Brutalement confrontée au monde des adultes, elle n'a, pour se défendre, que ses mots à elle. Elle est comme Alice au pays des merveilles, projetée dans un monde d'ombre et d'inconnu. Pourtant, grâce à son innocence et à sa volonté, elle saura retrouver le chemin de la lumière.

 

Mes impressions :

 

J'ai été profondément touchée par cette petite fille Léa de 10 ans qui se trouve confrontée à la mort de ses proches. La disparition de son père puis celle de sa sœur dans un accident vont laisser des traces.
Peut-t-on surmonter de tels drames et comment ?
Sa mère dépressive elle même ne sait pas comment continuer de vivre sans son mari et sans sa fille. Leur absence lui pèse plus que tout.
Elle déprime, au point de ne plus sortir de son lit alors Léa doit apprendre à survivre, seule et en prenant soin de sa mère.

« Sans elle » c'est aussi, « sans eux », sans Solène, sans son père et finalement sans sa mère qui ne peut plus faire face et qui laisse Léa faire avec cette solitude.

J'ai eu mal pour sa maman; de voir comment son désespoir se traduit et pour Léa, de lire avec quelle force elle essaie de se maintenir debout. Quelques personnes comme Kevin son copain de classe l'aideront à surmonter à coup d'énergie du désespoir.
On sent bien dans ses mots justes et forts que Léa ressent de la culpabilité « pourquoi Solène et pas moi ? » et elle essaie de trouver sa place dans ce monde fait de vide, sans réelle famille maintenant que sa sœur lui a fait défaut,
Elle décrit le poids de l'absence, ses journées sont remplies de celle de Solène alors pour ne pas l'oublier
elle la fait revivre ; elle remplie des pages d'émotions, de sentiments et de souvenirs.
Avec des mots d'enfants et des croyances parfois justes, elle tente de surmonter sa peine et ses douleurs. Elle évoque le passé et invoque Dieu...Il faut que Solène revienne.

Ainsi Léa se débat entre la réalité et celle qui devrait être. La suite des choses veut que les parents disparaissent avant les enfants et non l'inverse.
Elle se pose des questions sur la mort, la vie, la douleur, les relations et elle prend conscience que la mort est irréductible.
Avec lucidité, justesse des sentiments et des émotions, Léa rend un terrible hommage à sa sœur mais aussi à son père. Elle nous fait partager les bons moments passés, elle cite des anecdotes, qui deviendront des souvenirs parfois tendres parfois rieurs ou parfois douloureux. Elle nous fait partager ses angoisses.

Je cite cet extrait qui m'a bouleversée : « Le manque, toujours ce manque, ce trou béant, ce vide glacial en moi, tombe de Solène dans mon corps, mon goût de cendre. Poussière de chagrin.
Le manque c'est comme un refrain d'une chanson très longue. Ça revient, lancinant, ça grignote. Solène, c'était mon antidote, c'était un organe vital, tous mes sens réunis. Solène c'est ce que j'aimais le plus de moi. »

Vide de vie elle s'emplit de souvenirs pour mieux rebondir...Jusqu'à toucher le fond et retrouver l'espoir...comme sa maman.

Ces deux pertes la feront grandir après avoir compris ou presque la solitude de ce monde de « grands », après avoir été propulsée dans un monde inconnu. De l'ombre elle va passer à la lumière grâce à sa volonté et à son instinct de survie.
Ce récit est fort émouvant, la description de ce monde d'absence vue par une enfant n'était pas un pari facile et pourtant Alma Brami y parvient sans pathos.

Premier roman émouvant.
J'ai ressenti l'ampleur des silences de la mort et j'ose écrire que ce que Léa a vécu représente au plus juste les sentiments et les conséquences de la perte d'êtres aimés. Mais j'ai du mal à exprimer tout cela c'est pourquoi mes impressions écrites sont confusent.

 

Je remercie Laeti de ce don de livre et pour connaître ses impressions sur cette lecture, c'est ICI.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 18/08/2011 22:12


Je ne doute pas de la qualité et de l'intérêt de ce livre, mais ce n'est pas un sujet qui m'attire pour l'instant.


Mélusine 19/08/2011 16:50



Oui je peux comprendre, le deuil est un sujet difficile. Mais j'ai trouvé que l'auteur finalement en parle avec poésie et ça m'a fait du bien quelque part...



Laeti (histoires-de-livres) 12/08/2011 20:32


Je vois que ce livre t'a plu à toi aussi.
Tu dis que tes impressions sont confuses : Je ne trouve pas. Ton avis est même plus éclairé que le mien! Bravo pour ce très bel article!


Mélusine 13/08/2011 06:47



Merci