Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 10:01

Maxime ou la déchirure

 

Auteur : Flora GROULT
Genre : Roman
Éditions : J'ai lu
Année : 1974
Nombre de pages : 185

 

Quatrième de couverture :


Maxime a quarante ans. Elle est encore attachée à Pierre, son mari, par les liens de l'habitude. Partagée entre le besoin des paisibles certitudes et la soif d'autonomie qui naît parfois à la maturité, partir lui apparaît en même temps comme une défaite et comme un accomplissement. Au début du livre, Maxime vient de refermer la porte sur sa vie passée. Les étapes de cette séparation, les réactions de l'entourage, la découverte d'un autre soi-même, voilà pour l'héroïne autant de déchirures qui la modifient en profondeur. C'est avec de nouvelles possibilités et un goût ardent pour toutes les joies offertes par la vie qu'elle affronte désormais les problèmes de la femme d'aujourd'hui.


Mes Impressions :

 

Pour Maxime traductrice, la crise de la quarantaine a commencé sa lente progression alors elle décide de quitter Pierre...Ils n'ont pas d'enfants, la décision semble moins difficile à prendre. Elle quitte alors le domicile conjugal :« Le lendemain très tôt, quand elle se réveilla, elle fut un instant inondée de joie et de paix.Les oiseaux chantaient dans la deuxième cour et des voix qui allaient devenir familières échangeait par la fenêtre les propos du matin.../..Même en dormant elle avait éprouvé un sentiment de bien être et de liberté » ; et va séjourner dans l'appartement de sa sœur Charlotte, veuve qui a un enfant Mélanie.... Charlotte en ce moment n'est pas chez elle, elle est en « vacances » pour son travail. Charlotte , trouve que trop souvent les mariages se soldent par un échec....Qu'est ce qu'il se passe dans la désamour ? Pourquoi finit-on par dés-aimer notre conjoint ?
C'est ce que l'auteur va tenter de comprendre...Elle parlera aussi de reconstruction, de nouvelle vie ...

Le livre n'a rien d'extraordinaire. Il ne se passe pas grand chose mais les sentiments des uns et des autres, Maxime, Pierre, Charlotte, Laury sont tour à tour décrits et exploités amplement. Ils se posent des questions sur la vie en général et la leur en particulier. Ce roman décrit alors les relations filiales, fraternelles, paternelles, amoureuses, les relations intimes et les rapports humains. On se reconnaît de temps en temps chez l'un ou l'autre des personnages mais sans vraiment s'y attacher.
Maxime nous parle d'elle de ses sentiments, tel un chant poétique. L'écriture est nonchalante comme la vie qui devrait se vivre simplement et se nourrir de peu. Elle s'arrête sur les petites choses du quotidien. Elle sort de l'habitude qu'elle avait avec Pierre et rencontre un autre homme More.Elle prend le temps de gouter les choses, mais aussi le temps qui passe, elle se rappelle le passé, parfois avec culpabilité d'autres fois avec le sentiment de liberté.
Pierre, un peu déboussolé par son départ est dans un tournant de sa vie et va tester ses capacités de séduction sur d'autres jeunes filles.
Pierre avait une fille de son précédent mariage, Laurie, avec laquelle il a eu du mal à s'attacher quand elle était jeune. Cette dernière aimerait que Maxime revienne, car elle la trouvait intéressante. Mais est-ce que Maxime ne veut pas complètement tourner la page ?....Son père à elle est malade et ceci va rapprocher encore plus les deux sœurs....
Cette dernière, si au début elle est plutôt pour la séparation entre Maxime et Pierre, finit pas hésiter sur son bien fondé : « Je te comprends bien sûr mais en même temps cela me paraît impossible comment toi « Of all people » dirait Pierre, as-tu eu le courage terrible de le quitter, ce Pierre ?. C'est des choses dont on parle ça, mais les faire ! Oui en y repensant je me demande si tu as eu raison... » puis plus loin « Mais oui tu as bien fait chérie : Tu es mieux sans lui on verra. On est deux. Je t'aiderai. » Cela montre la complexité de ce genre de situation et de sa légitimité.

À la fin il y a la confusion des sentiments pour Maxime: « N'empêche, ce qui est à moi est à moi, ça tombe sous le sens ! Et Pierre est à moi, même si je l'ai quitté, trompé et désaimé, parce que, moi quoi qu'il en semble je ne suis pas complètement partie et que je l'aime encore quelque part en moi malgré moi. Passé oblige ».
Elle pose toute la problématique de l'habitude, de la routine et de la possessivité et de la difficulté à se défaire d'une histoire d'amour qui a existé et de la déchirure que cela occasionne....Le lien peut être précieux et nous ancrer dans "l'Être la femme ou le mari de" ….
Ce roman est léger, sans plus....



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laeti (histoires-de-livres) 17/02/2012 17:51

Dommage qu'il ne te plaise pas plus que ça... Ton article donne quand même envie! :)

Mélusine 18/02/2012 12:11



Alors tente si cela te dit. Note que je ne suis pas complètement négative mais bon le sujet est largement connu.



Philippe D 08/02/2012 15:44

Je connais bien l'auteure de nom mais je n'ai jamais lu une de ses oeuvres. Un jour sans doute...
Bonne fin de journée. Qu'est-ce qu'il fait froid ici!

Mélusine 09/02/2012 18:07



Oui un jour tu auras envie d'y remédier...
Oui tu as raison l'Europe grelotte !!! brrrr