Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 09:33

Le-pere-adopte.jpg

 

Auteur : Didier VAN CAUWELAERT
Genre : Roman
Éditions : Le livre de poche
Année : 2009
Nombre de pages : 250
ISBN : 978-2253127666

Quatrième de couverture :

Quels drames et quels enjeux faut-il pour qu'un enfant décide de gagner sa vie comme écrivain, à l'âge où l'on perd ses dents de lait ? En révélant ses rapports avec son père, Didier van Cauwelaert nous donne les clés de son oeuvre. Un père à l'énergie démesurée, à l'humour sans bornes et aux détresses insondables, qui a passé sa vie à mourir et renaître sans cesse. Un père redresseur de torts et fauteur de troubles, qui ré enchanta le monde par l'incroyable force de son destin, de ses talents et de ses folies au service des autres. 'Le Père adopté' est à la fois un récit des origines et un appel à inventer sa vie en travaillant ses rêves.

Mes impressions :

Ce roman est comme un hommage post-morten d’un fils à son père...
Tous les deux avaient la passion des mots L’auteur a commencé à écrire à 7 ans.
Il vit au sein d’une famille recomposée, l’enfant passe ses vacances dans sa demi-famille mais toujours sous l’oeil protecteur et fier de son père.
Ce livre raconte la naissance d’un écrivain, ses rencontres avec sa demi-famille, ses proches
Il se remémore et retrace également la vie de son père, des souvenirs appartenant à son enfance, ou au passé de son père et les lui raconte. Pour cela il va s’aider d’un carnet de note dans lequel son père relatait ses souvenirs...
Le fils enfant, s’invente un père un peu plus glorieux, un roi,  par exemple pour en être fier mais à sa mort il se rend compte que son père était son héros malgré tout et qu’un père on en a qu’un seul !
Entre le père et le fils il y a cette complicité qui fait la force du lien parental. Mais également le respect des siens, des actes et décisions prises par chacun.
D’habitude je ne suis pas attirée par ce genre de roman à à titre posthume, mais connaissant le style de l’auteur, je me suis laissée tenter et je ne suis pas déçue. Ce récit est chaleureux, ponctué par le travail de mémoire, de toute une vie, de la sienne et de celle de ses proches; c’est en quelque sorte un pied de nez à la mort.
La connivence, la complicité entre le père et le fils sont palpables, émouvantes. L’écriture est recherchée, positive, poétique, avec une pointe d’humour.
Il s’adresse à son père avec tendresse, respect, affection et amour jusqu’à arriver à l’ultime journée celle de la mort de ce père tant aimé.
Un très beau livre qui se lit d’une traite et qui nous émeut. Cependant il n’est pas larmoyant mais juste et assez tendre pour s’y accrocher.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

josie77 14/11/2012 09:51

coucou mélusine,
je reconnais bien là van cauwelaert; toujours tendre sans tomber dans le mélo, le larmoyant! contrairement à Philippe D, c'est un auteur que j'adore lire! j'ai ajouté ce livre dans ma "wishlist" de
noël. Merci de nous avoir fait partagé un peu de tes lectures.
bises

Mélusine 16/11/2012 09:43



Parcourir le blog des autres, cela donne des idées. Merci de ton passage.



Dona Swann 29/10/2012 10:27

C'est une quête exaltante que celle de l'absent. Force est de constater que beaucoup de romans sont écrits sur ce thème : l'absent est plus souvent le père, par la force des choses.

Mélusine 30/10/2012 08:10



Oui tu as entièrement raison. Ce genre de livre peut être salvateur pour certains lecteurs.



Philippe D 25/10/2012 18:13

J'ai du mal avec cet auteur. Jusqu'à présent, je suis déçu à chaque lecture même si le sujet m'intéresse.
Bonne fin de semaine.

Mélusine 26/10/2012 17:11



Ah alors ne tente plus