Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 15:21

Le chat derrière la vitre

 

Auteur : Gilbert BORDES

Genre : Nouvelles
Éditions : Le livre de poche (Terre de poche de Borée)
Date : 2006
Nombre de pages : 281
ISBN : 978-2844-943883

 

Quatrième de couverture :

 

Marie-Laure, fillette maltraitée par sa marâtre, ne trouve de réconfort qu'auprès de son chat, Bunit. Enfin retirée à sa famille pour être accueillie dans un foyer aimant, la petite fille dépérit, elle ne vit que dans l'espoir de retrouver son chat. Chaque soir, à travers le soupirail, Bunit scrute de ses yeux jaunes l'obscurité de la chambre abandonnée par Marie-Laure. Jusqu'à cette nuit où une silhouette paraît... Gilbert Bordes s'empare tour à tour du regard de l'homme et de celui de l'animal, des sentiments de l'un et de l'instinct de l'autre, du point de vue du chasseur et de celui de la victime, dans ces nouvelles où planent les ombres de Colette et de Maurice Genevoix...

 

Mes impressions :

 

Un livre qui se veut particulier. L'auteur se fait témoin de l'animal et de l'homme, de ce qui fait qu'ils se ressemblent ou se différencient. Toujours avec douceur et tendresse il nous parle de l'homme, qui agit avec une conscience et des sentiments, à la différence de l'animal qui fonctionne à l’instinct.

Seulement l'auteur ne manque pas de traiter les animaux avec beaucoup d'égards et parfois même de compassion.
Il parle de cette conscience d'être de l'homme qui n'existe pas chez l'animal et qui fait toute la différence.
Dans ce livre il a le regard tour à tour de l'homme et de l'animal.
Avec beaucoup d'imagination Bordes nous livre des tableaux de vies dans lesquels animaux et êtres humains se mêlent et souvent ne font plus qu'un. Les sentiments se confondent et les attachements se créent souvent entre les deux espèces.
Dans chaque nouvelle, il y a juxtaposition des comportement instinctifs animal et des pensées humaines.
L'auteur se met dans la peau de l'animal et de l'homme et nous raconte leur vie, leurs errances, leur solitude, leur désœuvrement, leur jalousie, leur dérive mais aussi nous parle de la chasse, de la pêche, instinctives pour les uns et loisirs pour les autres; il nous livre les moments de joie furtifs ou de peine que chacun vie et/ou partage, ainsi il ne manque pas de faire paraître que les deux espèces ont un trait principal et souvent deux destinées identiques. Qui de l'homme ou de l'animal ressemble le plus ou le moins à l'autre ?. L'homme n'est-il pas un animal doté de raison qui a la capacité de reconnaître le bien du mal mais qui se laisse souvent aller à ses pulsions destructrices ?

 

Chaque histoire fait appel à la « folie » de l'homme, à sa tristesse, a ses histoires de vie difficiles, chaque animal ici est différent, et bel est bien à l'image de l'homme. On dit souvent que l'animal est plus humain que l'homme lui même et c'est important de constater que sa vie, peut, être aussi le reflet de celle de l'homme. Gilbert Bordes parvient à faire cette corrélation qui révèle sont talent de philosophe et de conteur !

Nous nous imprégnons de chaque nouvelle qui devient une leçon de vie sans être moralisatrice.

Les paraboles sont réfléchies, tendres, parfois émouvantes ou même difficilement supportables. Gilbert Bordes nous rend très attachants les quelques personnes et certains animaux.
Il m'a même émue aux larmes car les lecteurs peuvent se reconnaître dans certaines nouvelles puisque les faits sont criants de réalisme.
J'ai particulièrement aimé l'histoire de Marie-Laure dont le chat Bunit qu'elle quitte pour rejoindre une nouvelle famille d'adoption, se sent abandonnée...comme elle.
Celle aussi du Saumon qui mord à l'hameçon et qui dérive blessé, pareil à cet homme passionné de pêche et dépressif suite à la perte de son travail et donc de ses repères et qui ira jusqu'au suicide.
Ou bien Pierre qui s'enivrera tous les soirs pour tromper la solitude et le départ de sa femme et de son jeune fils et qui s'attachera à un pigeon lequel tous les soirs sera son compagnon d'infortune et le nourrira de ce breuvage brûlant jusqu'à ce qu'il en soit imprégné et dépendant et quand Martin son fils reviendra lui dire bonjour, il reprendra Roucou qui succombera aux crises de manques.
Certains animaux apparaissent même dans deux nouvelles différentes, leur histoire se poursuit aux côtés des hommes.
Le style de Gilbert Bordes est simple, limpide et nous rend la lecture agréable. Il y met beaucoup de tendresse et d'affection tout en étant pas réducteur dans la comparaison, bien au contraire. Ce qui fait que ces nouvelles sont plus que réussies puisque les émotions passent.
Un livre « différent » à ne pas manquer.

 

Je ne peux m'empêcher de vous faire partager les dernières phrases du livre qui donne le ton de son contenu : « Glitta (Une loutre) ne savait pas que la tête des hommes est pleine d'un vent capricieux qui change souvent de sens. Il souffle l'amour, la haine, la joie et la peine, autant de sentiments propre à leurs espèces qui en font des lâches ou des héros, souvent les deux à la fois ».Cette conscience d'exister, cette faculté unique de pouvoir se juger, ce sens du bien et du mal, du beau et du laid les réduit à la pire des conditions, la plus enviable aussi, celle de dieux qui ont conservé un corps d'animal, celle des maîtres de la terre ».

D'autres romans de cet auteur sont présentés ICI.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dona Swann 27/08/2010 10:11


C'est vraiment une belle note de lecture ! Ce texte semble vraiment original.


Philippe D 25/08/2010 21:45


J'ai lu plusieurs livres de G. Bordes mais je ne connais pas celui-ci. Il écrit des romans du terroir; ces nouvelles sont donc bien différentes, je suppose.
Si je le rencontre, je l'adopte!


Mélusine 26/08/2010 07:20



Bonjour Philippe,
Moi je l'ai adopté dès que je l'ai vu parce que j'aime beaucoup cet auteur....
Dans ses nouvelles, la Terre et la famille y sont longuement représentées; donc en soit elles ne sont pas différentes de ses romans. Si tu as aimé les autres romans, tu vas sans doute adorer ce
livre.
À bientôt