Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 17:25

La belle aux oranges

 

Auteur : Jostein GAARDER

Genre : Roman jeunesse
Éditions : Seuil  Jeunesse

Année : 2003
Nombre de pages : 220

ISBN : 978-2020623421

 

Quatrième de couverture :

 

Georg un adolescent de quinze ans vit avec sa mère et son beau père. Il mène une vie très ordinaire jusqu'au jour où on lui remet une lettre de son père, décédé alors qu'il n'avait que quatre ans. Hormis quelques photos dans un album et deux ou trois films vidéo, Georg n'a pas de souvenir de son père.
Dans cette lettre d'adieux, son père lui raconte son amour pour la mystérieuse Belles aux oranges et l'interroge sur le sens de la vie.

La belle aux oranges est un hymne à la vie, à l'amour et au courage qu'il faut parfois emprunter les sentiers les plus difficiles de l'existence.

 

Mes impressions :

 

Un adolescent de presque 15 ans voit son père ressurgir après une absence de 11 ans. Georg avait 4 ans quand son père a disparu des suites d'une grave maladie. Il revient au travers d'une longue lettre que sa grand-mère trouve dans une doublure d'une vieille poussette que le père avait souhaité conserver au grenier...
L'enfant tout d'abord ne comprend pas mais au fil des pages il va saisir le message que son père a voulu lui transmettre et il en ressortira grandi.
L'ambiance quelque peu sombre du départ est soucieuse des circonstances. Un homme encore jeune est mort. Son fils vit avec le nouveau mari de sa mère et sa demi-sœur âgée d'un an et demi. Il ne trouve pas sa place au sein de cette nouvelle famille recomposée. Le courrier de son père va l'y aider.

Ce livre est donc une lettre d'un père à son fils. Il ne comporte pas de chapitres. Georg  intervient de temps en temps pour y glisser ses réflexions et souvenirs.

La famille ne s'attendait pas à voir surgir cette missive du père disparu écrite dans le secret, de son vivant. Elle arrive comme un testament à titre posthume.
Le père revient ainsi d'entre les morts et l'enfant devenu adolescent symboliquement ne sera jamais plus comme avant.
C'est toute une éducation que son père lui transmet ; mais surtout il lui parle d'un Amour qu'il a eu pour une jeune femme énigmatique et mystérieuse à laquelle il s'est senti attiré dès le premier regard mais il devra apprendre la patience....

À travers cette histoire de la « Belle aux oranges » [narré comme un conte, un peu à l'image de La belle au bois dormant] il lui parle de l'amour, des petits bonheurs, de l'attente mais aussi de la vie et de la mort et l'interroge puis se questionne à ce propos : « Aurais-je choisi de vivre une vie sur terre si j'avais pertinemment su que j'en serais soudain arraché, peut-être au beau milieu de l'ivresse du bonheur ? Ou aurais-je dès le départ décliné cette proposition de participer à ce jeu à perdre haleine de « Je donne et puis je reprends » ? Car nous ne venons au monde qu'une seule fois. On nous laisse entrer dans le grand conte. Et, ni une ni deux, le conte est fini ».

 

Ce texte est un conte philosophique écrit avec au début quelques notes fantastiques, une sensation de pays imaginaire. On se retrouve dans un univers qui nous est représenté avec des métaphores et s'imprègne ainsi dans nos têtes et au plus profond de nous. Les lecteurs oscillent entre rêve et réalité.
L'histoire au début m'a apparu enfantine mais tellement haletante. On se demande qui est cette « Belle aux oranges » et comment va pouvoir se concrétiser d'autres rencontres entre la belle apparue un jour dans un tram avec un lourd sac d'oranges et Georg. Ce dernier décide alors les jours suivants de parcourir les ruelles de Norvège pour la retrouver.
Son imagination est débordante, elle est le reflet de son amour.
Elle se trouve entre les lignes : dans l'atmosphère, les jeux de mots, les descriptions, toutes précises, millimétrées.
La famille de Georg et ses proches sont largement représentés ; la mère maternelle est enseignante aux Beaux-arts, son beau père est inspecteur à la police criminelle mais cela ne l'empêche pas d'être coquet et d'aimer la mode. Les grands-parents de Georg sont fascinants, la grand-mère est professeur de chant et le grand-père, météorologue, ce qui permettra à Georg d'avoir un regard particulier sur la nature et l'univers.


Son père a acquit une philosophie de vie, de l'instant et de l'univers. Il la livre parfois avec humour à son fils et donc la partage aussi avec les lecteurs. Elle continuera d'exister car le fils décide d'en faire un livre et les générations futures pourront en prendre connaissance.
L'homme porte un regard philosophique sur l'univers mais aussi sur la religion. Il se demande si une vie après la mort serait possible et existerait...Qui le sait ?
Il donne une leçon de courage, d'espoir et d'optimisme. Il accorde de la valeur et une certaine préciosité à l'existence.
Ce roman est accessible à nombre d'entre nous.
Les adolescents y trouveront sans doute de quoi s'épancher et réfléchir sur le sens de la vie, celui que chacun veut bien lui accorder.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe D 29/11/2011 20:15

Ah oui! c'est le même auteur que "Le monde de Sophie". Je ne m'en souvenais plus. Je l'ai lu, celui-là. C'est spécial mais j'ai bien aimé.

Mélusine 02/12/2011 10:23



Et moi je n'ai pas pu arriver au bout...



Antoni 27/11/2011 20:38

A te lire, ça me fait penser à du Coelho ou du Albom. Quand je pense que je n'ai jamais lu "Le monde de Sophie", du même auteur.
Bonne soirée.
Amitiés.

Mélusine 29/11/2011 19:55



J'ai commencé le monde de Sophie mais je ne suis pas arrivée à entrer dans son univers....
Je crois qu'en littérature, on a le droit de ne pas TOUT lire, d'ailleurs ce serait impossible et puis il faut sélectionner les livres qui nous parlent.
Allez c'est pas trop grave, tu lis d'autres genres



Philippe D 24/11/2011 19:35

C'est OK pour le paiement. Un grand merci.
Bonne soirée.

Mélusine 29/11/2011 19:55



De rien
Bientôt un billet te donnera mon avis.



Laeti (histoires-de-livres) 23/11/2011 12:37

Un bon livre jeunesse alors! Tu as titillé ma curiosité, j'ai vraiment envie de savoir qui est cette dame aux oranges!

Mélusine 24/11/2011 18:03



Ah je ne dirai rien ! surprise



Lystig 22/11/2011 22:38

plus vite lu que ses livres pour adultes !

Mélusine 24/11/2011 18:03



Oui; je me souviens de ne pas avoir été au bout du monde de Sophie