Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 17:09

L'apprentissage de l'imperfection

 

Auteur : Tal BEN-SHAHAR
Genre : Développement personnel

Éditions : Belfond, Le club des Nouvelles clés.
Date : 2009
Nombre de pages : 316
ISBN : 978-2286062903

 

Quatrième de couverture :

 

Drôle, accessible, rassurant, un petit traité pour se libérer d'un mal insidieux : le perfectionnisme.
Après le succès de l'apprentissage du bonheur, un livre de travail indispensable pour apprendre à s'accepter, même imparfait, et être enfin soi-même.

Se dépasser. Faire toujours au mieux. Être efficace. Tous les jours, nous nous imposons des objectifs impossibles à atteindre. Et plus nos exigences de performances sont élevées, plus nous sommes sous-pression, saisis par le doute, paralysés par la peur de l'échec, condamné à la frustration permanente.
Dans son livre Tal BEN-SHAHAR nous encourage à nous affranchir de la quête d'une impossible perfection. Il nous offre une mine d'exercices simples et intelligents : apprendre à être des parents « suffisamment bons , pratiquer la compassion pour soi, la chasse au « oui mais », se donner la « permission d'être humain », appliquer la « règle d'or du juste milieu »... Des recettes pour nous accomplir en toute liberté, un irrésistible manuel pour être bien – et surtout pas parfait !

 

Mes impressions :

Le point de départ de ce livre est l'imperfection. L'auteur lui même dit qu'il a toujours eu un problème avec ce sentiment de devoir être parfait dans chacune des situations de sa vie.

Il nous donne le moyen de nous rendre compte que le bonheur est alors impossible si nous continuons d'être dans la recherche de la perfection; car elle nous fait oublier le chemin pour arriver au but; elle nous épuise et entraine une souffrance psychologique.

 

L'auteur nous déconseille de lire ce livre comme un roman mais de s'en servir comme un livre de « travail » sur soi-même, ainsi il a introduit des exercices et des pauses pour permettre aux lecteurs de s'interroger sur leurs propres aspirations : Veulent-ils mener une vie parfaite ou alors, être simplement heureux ?

 

Ce livre traite donc de la véritable nature du perfectionnisme et expose les moyens de surmonter cet obstacle afin de vivre plus heureux.

L'auteur décrit dans un premier temps la peur de l'échec et donc du refus de prendre des risques, dans un second temps, des émotions douloureuses qui sont inévitables mais qui somme toute, font partie de la vie et que chacun ne peut nier, et enfin il cite le refus pour certains de reconnaître la réussite.

Ces 3 traits de caractère sont communs à une personnalité perfectionniste et rigide, contrairement à la souplesse mentale de l'optimaliste.
Ainsi le principal serait de vivre non en vue d'atteindre la perfection dans chaque situation, quelle soit professionnelle, amicale ou éducative, etc mais d'apprécier le chemin parcouru vers « le mieux possible ».
Il est donc essentiel de préférer le chemin au but car il est bien plus intéressant, bien plus enrichissant.
L'auteur distingue alors le perfectionniste qui refuse la réalité de l'optimaliste qui l'accepte. Nous avons tous besoins d'échouer, les échecs nous font avancer.
L'auteur nous fait prendre conscience que la perfection n'est qu'une illusion. Elle entraine dépression, désordres émotionnels et diverses dépendances... Il appuie son étude en donnant des exemples, il cite de grands auteurs ou des philosophes et même des anecdotes de sa vie privée.

Toujours en faisant un parallèle entre la perfection et le « mieux possible », ils nous invitent à nous interroger sur les philosophies différentes, celle de Platon qui s'appuie sur l'idéal et celle d'Aristote, qui elle est plus réaliste.

 

La seconde partie, traite de la mise en application de la théorie qu'il a donné précédemment. Il évalue donc la conduite dite optimaliste dans le domaine de l'éducation, du travail et de l'amour.

La troisième partie est très intéressante puisque sous forme de « méditations » l'auteur nous aide et nous apprend comment mettre en pratique le contenu des théories présentes dans le livre.
Ainsi à l'aide de 10 méditations l'auteur nous offre des exercices pour se poser.
Dans la première il parle de la rigidité du perfectionniste et comment en venir à bout.
Dans la seconde il énonce et décrit la thérapie cognitive.
Dans la troisième la procrastination est nommée de même que les gratifications de l'empathie et de la compassion sont dénoncés.
Dans la quatrième, à l'aide d'un tableau il nous apprend à réfléchir sur les situations douloureuses de notre quotidien , les émotions négatives qu'elles occasionnent et à travailler sur la façon de fournir des pensées alternatives et donc plus positives.
Dans la cinquième, il parle des bienfaits salvateurs de la souffrance même si cela semble paradoxal.

La sixième démontre que l'auto-estime de soi fait des merveilles ! Et donc l'apprentissage de la compassion envers soi même est une solution primordiale pour un mieux aller sans toutefois oublier la règle d'or du « juste milieu ».
La septième crédite la pratique qui consiste à voir dans chacune des situations négatives, le côté positif des choses; mais aussi de tenter, de prendre des risques même si nous craignons l'échec car ce dernier de toute façon nous fera avancer.
La huitième fait référence à l'inéluctable vieillesse et du bon sens qu'il y a à accepter ce qui ne peut pas être changé.
La neuvième nous incite à parler aux autres de nos sentiments et de ne pas les garder pour nous. Ceci afin de créer un échappatoire et de se sentir mieux en avouant quelques unes de nos émotions.
Et enfin la dixième fait référence à notre peur de l'inconnu et des changements.

 

Ainsi tout au long du livre il nous dévoile l'impact qu'auront notre système de pensées et notre façon de faire et d'être face à l'adversité ou simplement face à nous-même et face aux autres et à la vie au quotidien.

La quête de l'existence parfaite est impossible; car inhumaine. L'homme a aussi besoin d'émotions négatives pour avancer et se construire. Elles sont l'essence même de la vie en chacun de nous.

 

Ce livre reste une bon outil de travail sur soi-même, riche d'enseignement et de pratique, il offre la possibilité de s'auto-analyser.

Chacun peut évaluer et mettre en évidence le rôle négatif du perfectionnisme sur la santé mentale et physique et du rôle positif de la quête du juste milieu.
Un livre qui reflète la société du XXI siècle et le mal être qui découle du « toujours plus », à la fois au niveau de l'éducation, de la profession et du bien être et des loisirs !
Il faut adopter la loi de l'optimalisme pour vivre plus pleinement et plus sereinement.

Le contenu est parfois un peu compliquer à assimiler, surtout la seconde partie, mais ce livre peut sans doute venir en aide à ceux et celles qui se reconnaissent trop perfectionnistes.
Cependant, aller mieux demande des efforts et surtout une continuité de notre propre prise en charge; il faudra dans doute des mois et même des années à modifier un dysfonctionnement de la pensée.

Un livre complet et appréciable dans son ensemble; il a pour but d'aider ses lecteurs à trouver un peu de sérénité et comme dit l'auteur en citant « Reinhold Niebuhr, « Mon Dieu donne-moi la sérénité d'accepter toues les choses que je ne peux changer. Donne-moi le courage de changer les choses que je ne peux pas changer, et la sagesse de faire la différence ».

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dona Swann 07/05/2010 18:37


Je ne sais pas comment est ce livre à lire dans son intégralité, mais je te remercie de cette longue note de lecture qui est, en elle-même, déjà un début de thérapie et qui correspond à quelque
chose que je vis en ce moment.
Je vais donc essayer d'être optimaliste. L'avantage, c'est que cela ouvre un plan b : renoncer à être perfectionniste (je ne suis pas assez obtuse pour ne pas le faire, c'est la raison), c'était me
vouer quand même à la culpabilité. Tandis que l'optimalisme permet d'éviter le laisser-aller, la chute dans la médiocrité, qui n'est pas un objectif ! ;o)


Mélusine 07/05/2010 19:37



Bonsoir Donaswann,


Je note ta dextérité à l'écrit et j'en suis admirative....
Le choix de cette lecture n'est pas anodine pour moi et comme toi je vais essayer de devenir optimaliste, c'est plus
qu'un souhait c'est un défi que je me lance !!! Il y a du travail !
Sincèrement ce livre peut aider à prendre la vie de façon plus simple et surtout à faire un réel travail sur soi, qui permettra d'être à la fois moins exigeant envers soi-même puis envers les
autres...
Je t'encourage donc à le lire, si ton désir est de modifier cela !
Bien à toi et merci de ton passage...A bientôt.