Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 20:07

Inconnu à cette adresse

 

Auteur : Kathrine KRESSMANN TAYLOR
Genre : Roman historique (Jeunesse)
Éditions : Le livre de Poche (Jeunesse)

Date : 1999 pour cette édition
Nombre de pages : 93
ISBN : 978-2-0-0132-2017-0

Quatrième de couverture :


Mon cher Max...
Mon cher Martin...
Du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934, entre l'Allemagne et les États-Unis, deux amis s'écrivent. Max l'Américain, parle de sa solitude depuis le départ de son ami; Martin, l'Allemand, lui raconte sa nouvelle vie dans une Allemagne qu'il peine à reconnaître tant elle est défigurée par la misère.
Au fil des lettres, inexorablement, Martin et Max s'éloignent l'un de l'autre. D'autant que Max est juif.


Mes impressions :


Martin Schulse, Allemand et Max Eisenstein, juif Américain, sont amis et associés. Ils tiennent ensemble une galerie de peinture à  San Francisco.
En 1932 Martin souhaite rentrer en Allemagne. Ils commencent alors une correspondance épistolaire le 12 novembre 1932 qui durera jusqu'au 3 mars 1934.

Les premières lettres sont chaleureuses, prometteuses d'une amitié durable; ils parlent de campagne, de vie de famille, de richesse pour Martin et Max confie sa tristesse de l'éloignement. Il parle aussi de Griselle sa jeune sœur qui est comédienne et qui a eu une liaison avec Martin alors que ce dernier était déjà marié et père de 3 enfants.
Martin d'abord attendrit par les propos nostalgiques de Max, évoque dans les lettres suivantes la personne d'Hitler mais reste sur ses gardes quant à sa politique et ses choix.
En retour, Max exprime ses incertitudes et son malaise face à la situation politique en Allemagne. Il confie son inquiétude à son ami. Il perçoit qu'Hitler exerce un certain pouvoir sur le peuple et ses doutes seront confirmés lorsque Martin lui annonce que lui même adhère aux actes et pensées de cet homme politique qui amène son peuple à penser que l'Allemagne doit se relever de son humiliation et de sa défaite lors de la dernière guerre mondiale. Il soulève les foules et attise la vengeance.
Martin est de plus en plus fasciné et en admiration devant cet homme, tandis que Max se sent de plus en plus offensé de l'attitude de Martin.
L'amitié entre Max et Martin se détériore et les lettres s'espacent. Max est juif alors Martin tolère de moins en moins leur correspondance.
Martin se rallie aux idées d'Hitler; il répond dans une de ses lettres à Max, une phrase qui sonnera la fracture entre les deux amis « Le Juif est le bouc émissaire universel. Il doit bien y avoir une raison à cela ... »
Max semble désemparé et craint pour sa jeune sœur qui devait rendre visite à Martin et qui plus est, devait jouer une pièce de Théâtre à Berlin. Il demande alors à Martin de la protéger...mais le drame survient et Max va se venger; il décider de traiter le mal par le mal. Il va continuer d'envoyer des missives à Martin alors que ce dernier lui avait demandé de stopper toute correspondance. Il lui écrira des lettres subjectives, insidieuses et compromettantes; jusqu'à la dernière, laquelle s'en retournera avec le tampon « Inconnu à l'adresse indiquée »...La boucle est bouclée.
Sous couvert de l'amitié un homme va se venger sournoisement et se faire justice lui même.

Ce livre m'a bouleversée, tant par son côté machiavélique mais aussi par son effet « phénomène de foule ».

En quelques lettres, échangées nous assistons nous lecteurs à un condensé efficace qui émeut et touche profondément. Il n'y a pas besoin de beaucoup de mots pour comprendre et saisir l'ampleur du désastre, de même que l'engrenage politico-historique de Martin mais pas seulement de lui, d'une nation toute entière.
Ce livre heurte les âmes sensibles mais en même temps il explique de façon concise l'horreur d'une époque historique. L'idéologie fasciste appelle la souffrance et la mort.

Ce livre est facile à lire, il s'adresse aussi à un public adolescent. Le cahier thématique en annexe explique de façon claire et concise l'antisémitisme, les causes et conséquences des Guerres.

Le style de cette auteure et incisif, sans appel. En quelques pages elle nous livre là un texte choc.
Elle écrit avec finesse ce drame de l'histoire et les lecteurs ne peuvent qu'être captivés; tout en gardant l'espoir que les choses pourront changer entre les deux amis. Ils espèrent un revirement de situation. Martin pourrait-il revenir à de meilleurs sentiments ? Mais n'est-ce pas trop tard pour Max ?
Le suspense est total.
Le texte bref est sobre, écrit avec des mots simples, mais il fait mal.
A lire pour se souvenir et ne pas oublier....


Partager cet article

Repost 0

commentaires

ananas 26/03/2011 11:45


Ce livre est très bien, mais je pense qu'il manque peut-être un petit quelque chose.
Je viens moi-même de publier mon avis sur mon blog.
Joli blog et bonne continuation :p


Mélusine 26/03/2011 17:04



Merci pour le compliment. .
Je pense en effet que le livre va à l'essentiel, sans s'accombrer du superflu. Il évoque la guerre et les différentes religions et les conséquences de l'intolérance.



DonaSwann 30/05/2010 11:47


J'aime beaucoup ce roman par lettres. L'effet de chute, à la fin, est d'une brutalité efficace.


Philippe D 29/05/2010 22:11


J'ai lu ce livre quand mon fils a dû le lire lors de ses humanités. J'ai vraiment beaucoup aimé.
Les lectures obligées de mon fils m'ont permis de découvrir quelques auteurs comme Frank Andriat, par exemple. Toutes ne m'ont pas plu et toutes n'ont pas aidé mon fils à aimer lire.
Bonne soirée.


Mélusine 30/05/2010 10:52



Bonjour Philippe et merci de ton passage
Il est vrai que nos enfants nous apprennent aussi :-)
Oui le livre "Inconnu a cette adresse" est vraiment fort même s'il est bref. J'ai l'impression que l'essentiel est dit.

Bonne journée