Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les lectures de Mélusine.
  • Les lectures de Mélusine.
  • : Bonjour et bienvenue chez moi :-). Vous trouverez ici mes modestes critiques littéraires composées au fil de mes lectures. Le monde de la littérature est si vaste que le partager me semblait très intéressant. Bonne lecture à tous...
  • Contact

Lecture en cours

Cléo et Sam de Helen BROWN

Archives

14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 09:24

A perte de vue

Auteur :
Amanda EYRE WARD
Genre : Roman

Éditions : Pocket
Nombre de pages : 274
ISBN : 978-2266-169592

 

Quatrième de couverture :

 

Ce jour-là, Caroline, Madeline et Ellie avaient décidé de fuguer. Deux adolescentes et leur petite sœur de cinq ans qui rêvaient d'aventure et de liberté, de fuir un père alcoolique et une mère trop faible. Dans la voiture, les grandes ont attendu qu'Ellie sorte de classe. Et Ellie n'est jamais venue. C'était il y a seize ans. Depuis, aucune nouvelle, aucune trace, aucun indice. Seulement une famille rongée par le doute et la culpabilité. Enceinte, Madeline voudrait voir l'affaire classée pour enfin avancer. Caroline, elle, se raccroche à un minuscule espoir : un visage sur une photo de presse prise dans le Montana, une jeune fille au sourire si ressemblant... Improbable, impossible, mais comment hésiter ? Caroline prend à nouveau le volant. Direction le Montana...

Mes impressions :

Ce roman est le récit de la vie de Caroline et des gens qui l’entourent, à travers ses pensées et son vécu…
Elle nous parle de sa famille, de sa mère, de son père décédé, de sa sœur Madeline et son beau frère Ron…
Elle retrace leurs parcours d’adultes, sa à elle vie de Barmaid, ses difficultés d’exister au quotidien, sa consommation excessive d’alcool, ses attachements qui n’en sont pas, mais aussi la vie de sa mère à New York et de sa sœur la seule à vouloir classer l’affaire pour pouvoir faire le deuil de leur sœur Ellie disparue à 5 ans, alors que toutes trois désiraient fuir un père violent et alcoolique.
Madeline, adulte et bientôt maman désire passer à autre chose.
Caroline et sa mère ont des difficultés à imaginer qu’Ellie soit « morte », elles n’ont jamais fini d’espérer un retour, et nous sentons bien qu’elles souffrent de l’absence.

La construction du roman est singulière.
Dans la première partie, le roman se compose alternativement de chapitres dans lesquels les lecteurs y lisent des flashbacks sur leur vie familiale, puis sur le  jour de la décision de la fugue des trois sœurs, de la disparition d’Ellie et dans d’autres les lecteurs découvrent des courriers écrits par Agnès à un prétendant….mais qui est-elle ?...
Dans la seconde partie, après le décès desamère, Caroline, décide de partir dans le Montana rechercher Ellie, elle enquête à sa manière.
Il y a des retours dans le passé de la jeunesse d’Isabelle leur mère, et notamment de Bernard, son fiancé qu’elle décide de quitter, pour aller vivre sa vie à New-York, pensant qu’elle s’épanouirait bien mieux ; et nous lisons quelques lettres d’Agnès, nous en apprenons un peu plus sur elle de fil en aiguille.
Nous retrouvons dans la troisième partie, les courriers d’Agnès, le passé de Bernard et les drames qui ont fait sa vie ; et toujours le présent de Caroline.
Petit à petit le puzzle se construit et les lecteurs, avancent en même temps que l’histoire.

L’écriture et donc la lecture sont agréables, le lecteur vit au rythme de Caroline, un peu perdue et qui se sent responsable de même que Madeline, du drame; Le ton est donné, il est à la fois désinvolte et torturé, parfois agressif.
J’ai aimé la construction et la manière d’amener les éléments qui font cheminer le lecteur dans la révélation de la disparition d’Ellie.
L’écriture a du caractère et les rebondissements sont efficaces.

Un roman qui à la fois nous porte et nous émeut. Le sujet n’est pas très original mais il est traité de façon à nous captiver, nous sommes tenus en haleine du début à la fin.
Il y est dépeint la tristesse, la détresse, la confusion des sentiments toujours de façon pudique et retenue. Pas de mièvrerie mais justesse et délicatesse. Le lecteur se sent spectateur impuissant, dans une ambiance bien américaine.
La fin arrive en douceur et même si nous nous y attendons un peu, elle n’enlève en rien l’émotion, qui reste intacte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires