Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 15:15


 
Auteur : Gilbert BORDES
Genre : Roman
Edition : Pocket
Nombre de pages : 225
ISBN : 2626660543766


Quatrième de couverture :

 

En 1912, Antonin avait vingt et un ans et il était fou de bonheur. Certes, il allait rejoindre son régiment et quitter pour de longs mois Josépha qu'il aimait plus que tout ; mais il savait qu'elle l'attendrait, qu'en 1914 ils se marierait et vivraient aux Rivières-Hautes, le domaine familial qui  lui revenait.
Le destin en décida autrement. La guerre éclata. Lorsqu'il revient, amputé d'un bras, son frère dirigerait le domaine et Josépha était mariée à un autre.
Antonin, devint facteur. Chaque jour il chemine sur les routes de Corrèze. De maison en maison, il porte les nouvelles, bonnes ou mauvaises. Emissaire du destin, il est tour à tour idolâtré et haï. Parfois, il se rebelle et tente de modifier le cours des choses. Mais peut-on s'opposer à l'inéluctable.


Mes impressions :
 


Ce livre est poignant, émouvant.
On touche du doigt les sentiments de l'auteur, du héro et des personnages !
La trame de fond est la guerre et tous les destins qui vont se greffer autour de celle-ci.
La vie autour d'un village et de ses habitants, du terroir. Dans ce livre nous vivons autour de tout un village et des lignées.
L'agilité de l'auteur à nous décrire les sentiments et les ressentis des personnages sans s'appesantir sur des détails inutiles nous livre là un beau roman, facile à lire.
Il place le contexte sobrement et poursuit son chemin.
Les passages dans lesquels il décrit la guerre, sont pudiques et respectueux des poilus.
Le héro est fragile, pudique et fort à la fois mais aussi révolté face aux injustices et aux destins qui ne laissent pas de répit.

Sur fond de guerre (14-18 et 39-45) l'auteur nous livre une chronique villageoise .
Il est spectateur de son destin et de celui des autres à travers le courrier qu'il distribue.
Nous ne sommes pas maîtres de notre destin totalement et par la force des choses, il s'en rendra compte, le cours des choses, ne peut pas être changé simplement par le vouloir.
J'aime beaucoup les trois dernières pages qui invitent à la réflexion et qui sont d'actualités encore plus de nos jours : Prenons nous le temps de vivre, la course vers le progrès ne nous même t-il pas à la perte du simple bonheur de regarder les choses vivre, de prendre le temps de s'arrêter et de regarder la nature ou les choses qui nos entoure. ?
L'auteur de donne vraisemblablement pas de réponse mais nous donne les ingrédients pour aborder et commencer une discussion...

Je rappelle que ce livre à été porté à l'écran. Je l'ai vu deux fois et toujours avec autant de plaisir, le film est très représentatif et reste fidèle à l'écrit.

D'autres romans de cet auteur sont présentés ICI.

Partager cet article
Repost0

commentaires